Sous le drapeau bleu (10) Gardes du corps et nouveaux procès

Publié le par Raymond Lévy

Avec gardes du corps allemands
Avec gardes du corps allemands

GJILAN, 7 septembre 2001, à 08 H 58 :

J'ai reçu mon laissez-passer de l'ONU (c'est un passeport, mais le terme retenu par la convention qui l'institue est laissez-passer) qui mentionne la demande de faire jouir le porteur de "tous égards, facilités, immunités et privilèges convenant à ses fonctions", conformément à l'article VII de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies du 13 février 1946. Le caractère diplomatique n'est expressément conféré que pour le secrétaire général, ses adjoints et les directeurs. Mais en fait cela m'en paraît bien un e sorte de variante ou d'ersatz, provenant d'un texte spécial international. Dans la nomenclature de l'ONU, j'appartiens à la catégorie "senior judicial affairs officer", le terme juge n'apparaît pas, ni ma nationalité.

Enfin, j'ai pour la première fois bénéficié de l'hélicoptère loué par les Nations Unies, portant une immatriculation allemande sur sa peinture blanche et les lettres UN. C'est un Bell 212, le confort est sommaire, mais on a des surfaces vitrées importantes qui permettent de bien profiter du paysage, qui est superbe (collines et montagnes en majorité). L'hélico amenait ma collègue de Mitrovica, Renate Winter, et est passé me prendre à Gjilan, opération inverse au retour, on est passé par Mitro avant de venir à Gjilan.

Je suis passé en "medium level" ( = niveau de menace moyen) donc j'ai deux gardes du corps çà la Cour et pendant mes déplacements dans la journée, mais le soir je suis seul, notamment pour aller dîner. Les effectifs ne permettent pas une couverture permanente. A l'inverse, en "high level" ( = niveau de menace élevé) comme ma collègue de Mitrovica, la protection est lourde et même pesante. L'équipe qui me protège, avec mes collègues, comprend un Tchèque, des Ecossais et des Allemands, et parfois des Américains. L'ONU est vraiment multinationale !

J'ai participé hier à un nouveau procès d'un nommé Zequiri, accusé d'avoir tué trois personnes serbes, dont un enfant de quatre ans, et blessé deux autres, sans raison particulière, avec un AK 47. Le procès est couvert par la télévision, ce qui m'a fait revoir le soir ma salle d'audience chez mon propriétaire qui était venu m'inviter à prendre le café. Je ne sais pas si Zequiri est coupable de ce crime, mais il y a visiblement une accusation dont on l'acquitterait si elle était portée contre lui : celle d'être un grand intellectuel....Je crois que c'est le premier dossier dans lequel le tueur allégué est Albanais, et les victimes, Serbes; jusque là, on avait plutôt l'inverse. C'est peut-être la raison de l'intérêt soulevé par ce procès.

GJILAN, 7 septembre 2001, soir :

Pour compléter mon message de ce jour, je précise que le dossier d'armes de douze personnes que j'avais déjà survolé, et celui du même genre dit "dossier de Kumanovo", sont un seul et même dossier sous deux appellations.

Le Parquet était tout excité, parce qu'il avait trouvé dans mon emploi du temps de septembre une journée sans audience, et voulait en profiter pour me refiler un autre dossier. Mais si;on a audience tous les jours, on voit les dossiers quand ? Vous allez me répondre : la nuit. Mais le nuit, on a des coupures d'électricité. Le jour aussi, d'ailleurs....

Publié dans Justice

Commenter cet article