Sous le drapeau bleu (12) Octobre 2001: types d'accusés

Publié le par Raymond Lévy

Les gendarmes roumains m'ont présenté des prisonniers
Les gendarmes roumains m'ont présenté des prisonniers

GJILAN, 7 octobre 2001 :

Sorti de chez moi, j'entends un bruit de corne de brume qui déchire l'azur paisible. Il n'y a ni mouette sur les toits ni chalutier dans le ruisseau....Mais un gamin pousse vers moi une bestiole qui risquait de se faire écraser.

"Alors, Minuscule, c'est toi qui fais tout ce bruit?"

L'être se plante devant moi, me regarde bien en face et me répond: "Pi-youh!"

La stridence de la réponse arrête les passants étonnés. Comment un tel volume sonore peut-il être généré par un aussi petit volume ?Le chaton que j'évacue vers la zone dont il semble provenir semble à peine sevré, seule une petite queue pointue dépasse de mon poing, même pas les oreilles et le museau...La netteté de ses déclarations devrait bien être prise en exemple par nos accusés et nos témoins !

On juge un personnage, accusé d'avoir tué trois voisins serbes (un enfant de quatre ans, son père et son grand père) avec une Kalachnikov. Le procureur lui demande s'il connaît telle ou telle personne, il répond qu'il ne sait pas , qu'il faudrait voir les personnes....On lui présente leurs photos, à chaque fois il répond qu'il ne se souvient pas...Je me cramponne à mon siège pour ne pas lui demander s'il a deux bras et deux jambes, et l'entendre répondre un e fois de plus qu'il ne se souvient pas. Il ne réalise même pas qu'il est en train de montrer qu'il ne connait aucune des personnes susceptibles de confirmer son alibi, à savoir les clients et les serveurs du bar où il prétend s'être trouvé au moment du meurtre, à Gjilan alors que meurtre a eu lieu à Cernica ( prononcer Tzernitza). Bien sûr, le procureur n'a pas dit qui étaient ces personnes, mais dans le contexte nous avons tous compris. L'accusé affirme qu'il n'a rien contre les Serbes et ne leur fait aucun mal, mais le gars qui l'aurait conduit à Gjilan est le frère d'un individu que j'incarcère le lendemain parce qu'il passe son temps à jeter des grenades sur des Serbes ou les soldats qui les protègent....et sa mère a des liens de famille avec notre accusé.

J'incarcère un autre individu, nommé Besnik MUSA, pour trafic d'héroïne. En voyant les policiers chargés de le localiser sur ma demande, il se réfugie dans sa maison et tente de s'enfuir en soulevant les tuiles de son toit. Il a peur de l'ardoise que la Justice va lui présenter. Il dit qu'il tient un restaurant, le procureur - qui assiste aux interrogatoires - lui demande si c'est le restaurant tenu par Avni MUSA, récemment condamné. Oui, c'est son frère. Je réalise au fil des dossiers que tous nos criminels se connaissent, ont des liens de famille ou politiques (l'un me déclare que c'est patriotique de voler des Serbes), ou de droit commun. Finalement on s'aperçoit que deux ou trois-cents personnes, peut-être bien moins de deux-cents, à l'échelle de tout le Kosovo,empoisonnent la vie des gens - et des policiers. Il suffirait d'identifier et de boucler ces deux-cents personnes pour que le Kosovo devienne un havre de paix, réputé et apprécié. C'est bien parti, j'en ai incarcéré une huitaine en une semaine, et depuis, les lieux de leurs activités deviennent calmes. Ils sont tous innocents, sauf un qui a passé des aveux : j'ai failli le libérer pour le récompenser. Mai curieusement il ne se passe plus rien quand vous avez arrêté des innocents, il faudra qu'on m'explique l'influence des innocents sur la criminalité...

Ils ont d'ailleurs un gros intérêt à se faire arrêter maintenant : ça leur évitera d'encourir les peines du nouveau code pénal, qui paraît-il seront plus lourdes, avec des peines de quarante ans dans les affaires qui nous occupent le plus. On a terminé lundi à Peja/pec le procès des deux meurtriers du commandant KORBI, les peines sont de quatorze et treize ans, on peut comparer. Et c'est déjà beaucoup au Kosovo ! Mais c'est dans le code de procédure pénale et non dans le code pénal, mes renseignements se précisent, que les anglo-saxons ont un peu abusé de leur influence. C'est le Parquet qui va hériter des pouvoirs d'investigation. Peut-être un peu à l'italienne, on va voir. C'est peut-être pour ça qu'on recrute plus de procureurs que de juges internationaux en ce moment, ou au moins qu'on y réussit mieux. Avis à la population judiciaire, il y a encore des places ! On devrait recevoir un e juge brésilienne, membre de la Liste Jugenet à laquelle, je m'adresse, ça va devenir la voie de recrutement normale ! On attend un juge et un procureur anglais, et un juge camerounais. Un juge allemand nous a fait faux bond, pour ne pas faire l'instruction : avec la réforme annoncée, il a tout faux !

L'appartenance à des listes de discussion amicales et professionnelles dans le genre de Jugenet apporte de grands plaisirs : j'ai eu aujourd'hui la visite à Gjilan de deux Français que j'ai connus au bout du clavier, sur une liste consacrée à la criminalité informatique et à la coopération policière informelle. Nous avons eu le plaisir de nous rencontre ainsi à l'autre bout de l'Europe, et de déjeuner ensemble par un temps superbe.

Publié dans Justice

Commenter cet article