Sous le drapeau bleu (22) MEDAL PARADE

Publié le par Raymond Lévy

Avec les tuniques rouges
Avec les tuniques rouges

La Medal Parade, c'est la cérémonie au cours de laquelle les membres d'un contingent national reçoivent la médaille de l'ONU pour le Kosovo. Il existe un certain nombre de médailles de l'ONU, qui diffèrent par le ruban attribué pour chaque campagne ou théâtre d'opérations. La Police internationale de l'ONU, l'UNMIK POLICE, est aussi appelée Civilian Police ( = Police Civile) pour la différencier de la Military Police de la KFOR ( Kosovo Force) constituée de troupes de l'OTAN. Il y a depuis plusieurs mois un petit contingent helvétique dans la KFOR, ce qui me semble une nouveauté historique.

En fait, dans la Civilian Police de l'UNMIK, nous n'avons pas de membres de notre Police Nationale, sauf à l'école qui forme dles policiers locaux à Vushtri, mais des gendarmes qui sont des militaires, exécutant des missions majoritairement civiles. C'est la spécificité de la Gendarmerie Nationale, ainsi que de la Guardia Civil espagnole et des Carabiniers italiens, qui ont la même tradition. En dehors de la Civilian Police, la KFOR dispose aussi d'une MSU ("Multinational Spécial Unit") unité mixte composée de gendarmes, de carabiniers et bientôt de gardes civils : c'est l'expérimentation d'une future "Police de Projection", c'est à dire d'une force de police européenne qui sera apte à être projetée dans n'importe quel pays en crise pour remplir des missions de police, de renseignement et de maintien de l'ordre.

La personne en tunique rouge à côté de moi sur la photo est un membre de la GRC, "Gendarmerie Royale du Canada", aussi appelée RCMP "Royal Canadian Mounted Police, les légendaires "Tuniques rouges" ou "Mounties".

Les insignes des magistrats militaires français, dont je porte la tenue pour cette occasion solennelle, sont des broderies dorées de feuilles de chêne et d'aubépine. L'aubépine est un symbole de prudence, parce qu'on peut s'y piquer...Autrefois il y avait un corps de magistrats militaires, recrutés par concours parmi les ovviciers du grade de capitaine. On s'est aperçu qu'il n'était pas judicieux de former coûteusement ces officiers pour un petit nombre de dossiers, alors que els magistrats professionnels ont l'habitude d'instruire, de juger ou de requérir. On a donc supprimé ce cadre de carrière en 1962, les magistrats militaires qui étaient en fonctions ont continué leur carrière jusqu'à l'âge de la retraite, j'en ai connu plusieurs. On a donc utilisé des magistrats civils, détachés temporairement pour exercer des fonctions judiciaires militaires, et on a créé un cadre de réserve constitué de magistrats de l'ordre judiciaire, volontaires dès le temps de paix pour être mobilisés en temps de guerre dans les tribunaux militaires.

Publié dans Justice

Commenter cet article