Sous le drapeau bleu (28) Basses manoeuvres au Kosovo

Publié le par Raymond Lévy

Les "twin towers" de la nouvelle mosquée de Gjilan
Les "twin towers" de la nouvelle mosquée de Gjilan

La période de mai à août 2002 marque un changement dans l'ambiance judiciaire au Kosovo. Le nombre de juges et de procureurs internationaux ne s'améliore pas, mais on crée de nombreux postes de chefs de quelque chose au Département (= ministère) de la Justice, confiés à des Américains, qui visiblement ont reçu pour consigne d'essayer de faire partir les juges et procureurs qui n'appartiennent pas à la tradition juridique anglo-saxonne, notamment les Français et les Allemands, afin d'introduire au Kosovo un système juridique à l'américaine. Mais les Kosovars ne veulent pas de leur projet de code de procédure pénale, éloigné de leurs traditions. Pour les Américains, le Kosovo est appelé à devenir leur cheval de Troie commercial et juridique dans l'Europe. Bien que les magistrats canadiens soient de tradition juridique anglo-saxonne, ils les écoeurent également par des mesquineries administratives, parce que les Canadiens ont une forte tradition d'indépendance, ne se laissent pas manoeuvrer et intimider et envoient balader les importuns. Ces civils U.S. veulent éliminer les juges indociles et réussiront partiellement dans leur entreprise, jusqu'à ce que, par une réaction très tardive aux attentats du 11 septembre 2001, les U.S.A. décident que la situation au Kosovo n'est plus une priorité pour eux et redéploient leurs moyens vers l'Afghanistan, l'Irak et le Proche-Orient. Ils auront fait beaucoup de mal entre temps. Nous aurons toujours eu d'excellents rapports avec les militaires américains et avec les magistrats américains, mais les civils américains injectés en nombre dans l'administration de l'ONU, où on n'avait pas besoin d'eux, qu'en fait ils noyautent, et leurs séides d'autres nationalités, voulant caporaliser des juges internationaux supposés indépendants, se feront détester. On m'a a adressé en mai 2002 un document d'évaluation, basé sur des appréciations anonymes, selon lequel ces gens courageux auraient eu des difficultés à travailler avec moi en langue anglaise, ce à quoi j'ai rétorque que mon vocabulaire anglais était beaucoup plus riche que celui d'un américain moyen.... «I can admit that my various and relativeley rich vocabulary may create difficulties by exceeding the average level of jealous persons», et que j'avais reçu des lettres officielles de félicitations, en contradiction avec cette tentative de dénigrement.

Gjilan, 6 août 2002 à 11 H 36, en réponse à un Américain, John R., qui avait la prétention inadmissible de vouloir programmer mon emploi du temps, ce personnage visiblement ne connaît rien au travail d'un juge :

« Vous savez qu'il est difficile d'organiser un programme d'auditions, spécialement durant les week-ends et quand vous avez un pied dans une Cour de district et l'autre pied dans une autre Cour. Programmer ses auditions relève de la seule responsabilité du juge. Vous savez que je suis revenu à Pristina le week-end précédent pour l'affaire de viol Safet H., mais le gars n'était pas présent et j'ai du revenir jeudi dernier à la Cour de Pristina pour procéder à sa première audition puis prendre la décision de conduire des investigations. Initialement je pensais possible de procéder aux dernières investigations le 8 août, mais je me suis souvenu que j'avais une audience collégiale en appel ce jour là, en matinée, et qu'elle risquait de se prolonger. J'ai donc préféré changer mon organisation. Ce qui m'a permis d'accepter une visite de courtoisie d'un compatriote à Gjilan, qui m'a été proposée juste à ce moment là.

Je crois que j'ai le droit de prendre mon déjeuner librement avec qui il me plaît !

Je crois que j'ai le droit de rencontrer la personne, qui va signer les autorisations de travaux puis de paiement de la reconstruction de la Cour de District de Gjilan, même s'il ne s'agit pas d'une réunion officielle de travail...

Au fait, puisque vous mentionnez des «horaires de travail», veuillez me dire quels sont mes horaires de travail le week end ????? Et quand durant la nuit, je suis appelé par les procureurs, je ne leur demande pas s'ils m'appellent durant mes heures de travail, je me rends tout simplement aux locaux de garde à vue (ce qui s'est produit plusieurs fois ce week-end).

J'ai l'impression qu'on me cherche une mauvaise querelle.

Cordialement.»

L'organisme chargé ce financement devait être supprimé à la fin de l'année, il y avait donc quelque urgence à s'en occuper.

Publié dans Justice

Commenter cet article