Poules de luxe !

Publié le par Raymond Lévy

Dans un doux duvet.....
Dans un doux duvet.....

Aujourd'hui passe en correctionnelle un ancien préfet, ancien ministre, etc, bref un représentant type de l'aristocratie bureaucratique française, un astre de la Sarkozie, pour avoir perçu des primes en argent liquide provenant de fonds qui n'étaient pas destinés à lui assurer des revenus personnels. Il est présumé innocent des délits poursuivis, qui seront peut-être déclarés prescrits ou mal qualifiés, peu nous importe. Tenons nous en à la matérialité des faits reconnus et à leurs aspects non pénaux, sur les seuls plans de la moralité et du civisme.

10.000 euros par mois, en espèces, sans déclaration de revenus aux impôts, et en sus de ses rémunérations officielles que le personnage jugeait insuffisantes et non proportionnées à son mérite (mais alors, pourquoi les acceptait-il au lieu d'aller proposer ses talents ailleurs?) : c'est presque le double de la rémunération d'un fonctionnaire de catégorie A , la plus haute. Mais comme la rémunération officielle est lourdement imposée, et que les "primes" en espèces ne l'étaient pas, ça signifie que ces sommes représentaient plus du double de la rémunération d'un haut fonctionnaire après impôts.

Nous sommes revenus aux pratiques de l'ancienne monarchie française : les courtisans influents recevaient des pensions sur la cassette du roi. La France a reconstitué une aristocratie, non plus légitimée par la naissance, mais par la cooptation, l'estampille d'une grande école et/ou le passage par un cabinet ministériel - étant rappelé que nous avons beaucoup de ministres ou secrétaires d'Etat inutiles. Certes, on peut sortir d'une grande école et faire une carrière honorable, sans se laisser annexer par cette nouvelle classe sociale, laquelle se mélange et se mixe avec les gens du spectacle, pour ne plus former qu'une seule catégorie professionnelle, puisque la politique est ramenée à la communication et au spectacle. Les meetings hors de prix de N.Sarkozy étaient des spectacles de vedettariat : la boucle est bouclée, les politiciens et ceux que le général De Gaulle appelait des saltimbanques ne forment plus qu'un seul monde. Les médias choisissent ceux qu'ils veulent voir disputer le match de Roland Garros, pardon, de 2017, devant les Français. Mon lapsus, je ne l'efface pas, car il est révélateur : j'ai appris par la publication récente d'un sondage que Yannick Noah est supposé faire partie de mes personnalités préférées, ce dont je ne me doutais absolument pas, n'éprouvant pas d'intérêt pour lui. Mais les médias me dépossèdent de mes pensées et de mes préférences ! Les médias ont sélectionné les trois finalistes du match, bien avant que les électeurs ne s'en préoccupent. Rien que pour ne pas me laisser calibrer par ces exploiteurs, je voterai pour un autre, moins soutenu mais qui perturbera les combinaisons de la basse-cour ! Je ne tiendrais pas ce blog si j'étais conformiste...Encensés, interviewés (selon leur jargon peu francophone), mis en avant au détriment de celui ou celle qui sera peut-être élu(e), ils penseront : " Elu à leur place ! ", comme si une place leur revenait de droit. Sélectionnés par les primaires qu'ils organisent eux-mêmes ou par des motions obscures de congrès, ces personnages me sont totalement étrangers. Quant aux étoiles du troisième parti, admis de mauvais gré dans le concert des puissants, j'observe qu'elles tirent leurs revenus de leurs mandats européens, ce qui leur permet de maudire l'Europe. Certes, il vaut mieux être dans le système pour peser sur lui, mais est-ce un gage de pureté ?

Nos dirigeants sont devenus des poules de luxe. Essayons de trouver, partout où ce sera possible, des candidats qui ne sortent pas de cette volière !

Publié dans Politique - Humeur

Commenter cet article