Sous le drapeau bleu (34) Le retour en France

Publié le

Cour d'appel d'Amiens
Cour d'appel d'Amiens

RETOUR EN FRANCE

De retour en France, je me suis présenté au ministère de la Justice. Ceux qui me recevaient étaient gênés. Nous étions en 2002, sous le règne d'un nouveau président de la République, Jacques Chirac. Mon rapatriement ne tombait pas au moment des grands mouvements de mutation des magistrats. Je me suis donc trouvé sans affectation, et donc sans rémunération, pendant quelques mois, jusqu'au début 2003, situation tout à fait désagréable et anormale, à laquelle il a été remédié peu de temps après pour les suivants, en décidant que les magistrats revenant de détachement seraient à l'avenir affectés temporairement à l'administration centrale du ministère de la Justice. J'ai été nommé conseiller à la cour d'appel d'Amiens début 2003, et à la suite de nombreuses négociations entre autorités diverses pour savoir qui aurait la charge de me payer, j'ai obtenu un rappel de traitement pour cette période « blanche ». Mon arrivée dans cette cour a été accueillie comme une bénédiction, car on n'y trouvait personne pour présider les cours d'assises de la Somme et de l'Aisne. On devait juger pour des viols et agressions sexuelles un propriétaire de casino de la côte picarde, ami d'un procureur que tout le monde judiciaire picard avait fréquenté, si bien que personne ne voulait s'en occuper. J'arrivais du Kosovo, je ne connaissais personne dans la région, j'étais l'homme de la situation, j'arrangeais tout le monde.

Commenter cet article