Tromperies : le sens des mots !

Publié le par Raymond Lévy

Enseigne à Memmingen : Bretzel
Enseigne à Memmingen : Bretzel

On nous a annoncé glorieusement et triomphalement ce jour que "l'Europe est arrivée à un accord" sur la répartition des réfugiés.

Aussitôt on ajoute que c'est "au prix d'une rupture avec les pays de l'Est". Quelques instants plus tard, la télévision nous indique que plusieurs pays déclarent qu'ils n'appliqueront pas ce dispositif.

Alors, c'est un accord ou une rupture ?

Dire que l'on est arrivé à une décision, ce serait une vérité. Dire que l'on est arrivé à un accord, c'est un mensonge. Il n'y a pas d'accord, mais une décision prise à une majorité qualifiée. Donc il y a un désaccord que l'on essaie de surmonter sans le résoudre. Les mots ont un sens, que l'on trahit officiellement. C'est l'éthique des gouvernants ? Alors, qu'ils ne s'étonnent pas si leurs peuples les rejettent ! Respecter le sens des mots, c'est respecter les peuples.

La prospérité de l'Allemagne reposait sur sa fiabilité présumée et la réputation de qualité de ses produits, la "Deutsche Qualität". Les dirigeants de Volkswagen sont obligés d'admettre qu'ils ont trompé leur clientèle en implantant sur leurs produits un logiciel de falsification des tests de pollution, mais ça ne leur paraît pas suffisamment grave pour qu'ils offrent leur démission. Voyons, il ne s'agit que d'une trahison ! Ils ne vont pas renoncer à leurs postes dorés pour si peu ! Bel exemple d'intégrité. Comment l'Allemagne pourra-t-elle désormais prétendre donner des leçons, en tous domaines, au reste de l'Europe, si elle ne force pas les dirigeants du groupe Volkswagen à la démission, avant de les traduire en Justice ?

Seul le dirigeant en Amérique du groupe a une chance qu'on ne le méprise pas durablement, même s'il se fait éjecter. Il a reconnu (selon la traduction, qui m'a empêché de l'entendre s'exprimer en anglais) : "On a merdé !" . C'est le seul à qui on ne pourra pas reprocher de méconnaître le sens des mots.

Pour votre prochaine balade en Allemagne, vous préférerez contempler le logo gourmand de la photo, plutôt que le VW de Volkswagen ou le drapeau euroépen !!!!!

Dernière minute : Martin Winterkorn s'est décidé aujourd'hui 23 septembre, à démissionner. On ne peut que constater que cette démission n'a été ni immédiate ni spontanée, ni révélatrice d'une grande réactivité.

Publié dans Politique - Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article