Ecologie ou écologisme

Publié le par Raymond Lévy

Nous avons appris la création récente d'un mouvement baptisé " Ecologistes ! ".

Le point d'exclamation final est parfaitement étonnant : comment en effet peut-on réduire, depuis des années, l'écologie à un mouvement politique? Elle devrait être une préoccupation de tous les partis politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, si ces qualificatifs peuvent encore signifier quelque chose. Ce dont je doute : au vu de leur piètre communication, je parlerais plutôt de partis pas très adroits ou un peu gauches....surtout quand on constate qu'un candidat à la primaire "de droite" et à la présidence de la République risque d'être éliminé du jeu, soit par la Justice, soit par les Electeurs (étant souverains, ceux-ci méritent peut-être autant la majuscule que les institutions qui veulent les représenter), parce qu'il a dépensé, ou plutôt et surtout fait dépenser, beaucoup trop d'argent pour sa communication (sondages et campagnes). Néanmoins ledit point d'exclamation se comprend, si l'on y voit une réaction contre les positions d'un précédent mouvement que l'on peut penser plus "gauchiste" que "écologiste". Le nouveau mouvement se veut plus conciliant avec les institutions (entendez: avec leurs représentants actuels...) que le mouvement défini par le terme d'écologie et une couleur. Nous avons donc un mouvement écologiste révolutionnaire et un mouvement écologiste institutionnel, ce qui n'est pas sans évoquer le délicieux oxymore d'un parti sud américain : le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI).

Avant même leur division, les écologistes politiques ne représentaient que des miettes d'électorat, mais le parti socialiste au pouvoir a une majorité tellement ténue qu'il fait tout pour conserver ou rassembler des miettes, comme les écologistes ou les soutiens de la ministre de la Justice, laquelle ministre lui assure une caution sur sa gauche (ce qui rend difficile de l'écarter, malgré son impopularité) et le soutien d'une partie du Syndicat de la Magistrature dont elle a truffé les organes de son ministère, bien que ledit syndicat ait pris une mémorable déculottée aux élections professionnelles de la magistrature. Je ne suis pas certain qu'une politique de coalition des minorités de plus en plus insignifiantes soit efficace pour conserver une position majoritaire, mais après tout rien n'interdit à nos gouvernants d'être fascinés par le suicide. De toute façon, c'est à nos frais.....d'autant plus que la seule chose dont on soit sûr que les écologistes, tous mouvements confondus, soient partisans, c'est de nous taxer : écotaxe, taxe sur le carburant Diesel, taxe sur les voyages aériens, surcoût de l'électricité éoliennes financée par une participation des consommateurs sur leurs factures d'électricité, suppression de l'électricité nucléaire presque seule rentable...Leur volonté de nous faire payer est illimitée. Pour le reste, on ignore le côté POUR de leurs programmes; ils sont pour quoi? Ils sont CONTRE : contre les autoroutes, contre les nouvelles voies de chemins de fer, contre les automobilistes qui ont le tort de préférer leur liberté individuelle et constitutionnelle de se déplacer, ne pouvant l'assurer par des transports en commun vantés, mais inadaptés et de plus en plus souvent supprimés.....Ils sont contre le canal Seine-Nord, qui pourrait éviter de charger les routes et les autoroutes de dizaines, voire de centaines, de milliers de camions à fort dégagement de gaz carbonique. Un canal, c'était pourtant une idée à creuser. Seraient-ils POUR les déplacements à pieds (en sabots, vu la boue) sur des chemins non asphaltés (eux se réservant des voitures de fonctions?) ou pour des attelages équestres (mais la formation d'un conducteur d'attelage est fort coûteuse, nous n'avons que quelques passionnés et pas assez de conducteurs pour développer ce mode de transport perdu) ? Je n'ai d'ailleurs jamais entendu ou lu la presse rendre compte de la visite d'un ministre ou d'un dirigeant de mouvement écologiste à un concours d'attelage. Impensable, voyons, quand on se veut révolutionnaire : l'attelage est un loisir de riches !

Ben oui, que voulez-vous, en énergie ou en transports, l'écologie active ne peut être pratiquée que par les riches ! Les pauvres, eux, ils payent pour l'écologie bidon et les les places d'inutiles dont certains veulent jouer les utilités et tous se faire entretenir (soyons justes, il y en a d'autres....). Finissons en avec la dictature de la bonne conscience écologiste !

(Et là, l'usage d'un point d'exclamation est clairement adapté).

Publié dans Politique

Commenter cet article

LEVY 21/10/2015 07:18

"Nous soigner des maladies qu'ils nous ont inculquées" : voila bien un résumé du Système !
La rubrique hebdomadaire du "docteur Canardeau" dans le Canard Enchaîné est à peu près seule à éclairer le grand public.

Antoine 21/10/2015 00:38

Pour vivre l'écologie il faut revenir à des choses simple de la vie et oubliier le monde qui nous pousse à la consommation pour devenir eux plus riche et nous plus pauvre !!! Le sucre, l'amidon, le fluor...ect dans tous nos aliments et comme cela nous sommes les pauvres esclave et eux les richs marchants de médicaments pour nous soigner des maladies qu'ils nous ont inculquer ...ainsi va la vie