Politique étrangère : un ministre fossilisé

Publié le par Raymond Lévy

Il faut évoluer
Il faut évoluer

J'écrivais récemment sur ce blog, dans un article intitulé: " Têtes de Turc et idiots utiles" :

"Les USA reprochent aux Russes de ne pas matraquer seulement Daech, mais aussi les gentils et inoffensifs terroristes issus d'Al Qaïda (.....), terroristes dont ils essaient de se servir contre Daech, sous couvert d'une Arée Syrenne Libre qui est musulmane....et inefficace, car seuls les Kurdes font efficacement barrage à Daech, tout en subissant les frappes turques ! Indécrottables, Mrs Fabius et Hollande chantent comme des muezzins des appels à la prière contre Bachar El Assad, lequel est trop fortement soutenu par ses alliés russes pour qu'on puisse croire à son prochain départ. "

Depuis, nous avons appris que les USA ont constaté l'échec de leur mise sur l'Armée Syrienne Libre et arrêté leur coûteux programme d'aide.

La France a subi les attentats que l'on connaît, et M. Hollande a pris un virage sécuritaire, que tous approuvent, ou presque. Mais M. Fabius a décroché dans ce virage : complètement largué, il psalmodie ce matin qu'il faut trouver agréable l'intervention de la Russie en Syrie, "à condition que la Russie se concentre sur Daech et non pas contre les Islamistes modérés" ( Huffington Post de ce matin).

Le président de la République a changé de politique étrangère: son ministre des affaires étrangères n'a visiblement pas suivi le mouvement. Il démontre son inaptitude au changement. Le président qui change de politique doit donc changer de ministre.

Inapte au changement, ce ministre se révèle toutefois un prodigieux adepte de la langue de bois. Quel admirable oxymore que ce terme: "islamistes modérés". S'ils sont modérés, ils sont peut-être islamiques mais ne sont pas islamistes. S'ils sont islamistes, ils ne sont pas modérés. Il n'y a pas de gentils islamistes, pas plus qu'il n'y a de gentils terroristes modérés. C'est purement et simplement un mensonge ministériel.

Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions de défense, publie un article intitulé :"L'Europe solidaire, mais pas jusqu'à la guerre" (L'Opinion).Il indique que la France fait appel à l'Europe et à l'ONU, mais n'en obtiendra rien de concret, et écrit :

"Au premier rendez-vous à Bruxelles, tout à fait Pschitt, Angela Merkel expliquant que c'était une drôle d'idée de vouloir faire payer ses guerres par d'autres sans même les consulter auparavant." L'Italie a fait connaître son refus. Pas plus tard qu'hier, l'Allemagne déplorait que l'Europe ne prenne pas à sa charge une part du fardeau financier de la prise en charge des migrants par l'Allemagne. Nous lui rétorquons que c'était une drôle d'idée d'offrir l'entrée en Europe à un million de migrants, sans même nous consulter auparavant ! Au passage, Dominique Merchet nous apprend que le vice-chancelier allemand s'appelle Sigmar Gabriel. Protocolairement, ce ne serait donc pas François Hollande, comme madame Le Pen avait cru pouvoir l'affirmer lors de la visite du président Hollande au Parlement Européen.....

Nous voyons bien que l'Europe de la Défense n'a jamais existé. Alors que, jusqu'à ces derniers mois, quand on s'inquiétait de la faiblesse de notre défense et des remèdes à y apporter, on nous assénait comme unique réponse: "Plus d'Europe! ". M.Poutine se pose en allié de la France, et demande aux navires qu'il envoie au large de la Syrie (où il a une base navale) de coopérer avec notre groupe aéro-naval. Pour l'Instant , c'est lui le meilleur joueur. Il réussit à faire oublier la Crime, et l'Ukraine où les USA et l'OTAN avaient mis un peu d'l'huile sur le feu.

Il y a eu un moment où on pouvait envisager une grand alliance militaro-économique USA-Europe-Russie (en donnant des gages aux anciens pays de l'Est). Les USA n'ont pas perçu cette opportunité, et la "fenêtre de tir" s'est ensuite refermée. Suffit-il de se coordonner avec l'OTAN, quand (et si...) nous avons des intérêts communs ? Mais l'OTAN, dont les USA ont voulu faire leur petit ONU à eux, se cherche des raisons d'exister et de survivre à la chute du rideau de fer et à la dissolution du pacte de Varsovie. L'ONU sert essentiellement d'alibi : de tous côtés, on se met à réclamer une action sous mandat de l'ONU, parce qu'on sait bien qu'on ne l'obtiendra pas, ou qu'on l'obtiendra trop tard. La seule chose que M.Hollande a faite de bien, c'est l'opération Serval au Mali sans attendre l'OTAN ou l'ONU ! On imagine ce que serait la situation, sinon......Nous sommes une grande puissance, paraît-il : sommes nous incapables d'agir sans d'abord lever le doigt pour demander la permission? Oui, tant que nous conserverons l'actuel ministre des affaires étrangères. Mais à quelque chose, malheur est bon: M.Fabius, souvenons-nous en, voulait que la France bombardât la Syrie de Bachar El Assad pour le faire partir, et obtenir un résultat aussi brillant que Sarkozy en Libye, devenue le supermarché du terrorisme....Il n'en a pas obtenu la permission.

Décidément , quand on veut changer de politiques, il faut changer ceux qu'on charge de leur exécution, ou faire naufrage avec.

Publié dans Politique - Humeur

Commenter cet article