Flaconnage

Publié le par Raymond Lévy

Vins de Noël
Vins de Noël

Une nouvelle fondamentale pour le monde occidental est passée inaperçue ce matin : Le Figaro

nous apprend que, depuis plusieurs années, la marque Coca Cola souhaitait faire enregistrer comme marque une nouvelle bouteille sans cannelures. La bouteille de Coca Cola actuelle, avec ses fameuses cannelures, serait pourtant considérée comme le design le plus célèbre au monde. Elle a fêté son centenaire en 2015. La demande, accompagnée de son modèle, a été présentée en décembre 2011 à l'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur européen (OHMI), qui l'a rejetée en décembre 2014, "au motif que la marque demandée était dépourvue de caractère distinctif pour les produits visés". Hier, le Tribunal Européen de Luxembourg a refusé le recours de Coca Cola, pour le même motif de manque de distinction, de signes distinctifs.

Cette décision va constituer un tremblement de terre existentiel pour nos partis politiques. Prenons l'exemple du Parti Socialiste : Martine Aubry tonne contre la loi El Khomri, la bouteille socialiste est accusée de ne contenir qu'un dissolvant de ses trente-cinq heures chéries. "Pas ça, pas nous, pas la gauche!", s'écrie-t-elle! En effet, la PS n'a plus de programme, hormis celui de laisser un gouvernement issu de ses rangs défaire ce qui fut un programme électoral. Sa bouteille n'a plus de contenu distinctif, car celui-ci est récusé par ses membres, frondeurs, aubristes ou autres. Il ne se distingue plus par la boisson servie, mais par son flaconnage, son packaging,son étiquetage. On remarquera d'ailleurs que Titine n'en a même pas utilisé l'étiquette, elle n'emploie pas le terme Socialiste, mais parle de "la Gauche" : cette substitution d'étiquette marque (si j'ose dire) que la marque "Socialiste" n'est plus vendeuse. Effectivement, on constate que, dans l'aire de chalandise de Martine Aubry, elle n' a pas fait recette aux dernières élections régionales, au point de disparaître des rayons. Pas de contenu breveté, pas de saveur originale, pas d'emballage prestigieux et distinctif, la marque PS a un sérieux problème de marketing. J'ai bien une idée géniale pour sauver le marketing du PS : au lieu de cannelures absentes de sa bouteille, valoriser comme signe distinctif ses multiples fractures. Mais un doute me vient : les fractures internes et/ou visibles d'un parti, sont-elles de nature à conférer une originalité suffisante à son modèle commercial ? Voyons donc ce qu'il en est ailleurs. L'UMP a changé sa raison sociale pour s'appeler "Les Républicains". Son manager Nicolas Sarkozy voudrait imposer son portrait sur la bouteille commercialisée par son parti, mais il doit faire face à des contestations "primaires", tant sur l'étiquetage du produit que sur le contenu du flacon, dont il n'est pas assuré de sortir vainqueur. L'UDI n'a pas arrête de produit ni d'emballage pour sa prochaine campagne promotionnelle. Le FN entend nous servir un vin plus corsé, produit dans des chais nationaux, prévoit une étiquette illustrée d'une dame blonde, mais redoute que sa clientèle ne soit aveuglée par un papy borgne voulant lui imposer des oeillères. Il y a donc aussi des fissures dans l'emballage proposé, ce qui ne le rend pas suffisamment distinctif pour être homologué. Nous constatons en effet la présence de fissures ou de fractures dans toutes les bouteilles en attente de livraison, ce qui nous empêche de faire notre marché avant la prochaine campagne de publicité, qui nécessiterait de valoriser des produits nouveaux ou présentés comme nouveaux......

Bref, dans cette guerre des marques, plus ou oins déposées, le problème des vendeurs, c'est de réussi à se démarquer de la concurrence....Nous sommes trop habitués aux produits actuellement en vente, et nous sommes blasés de leurs vendeurs nous sont trop connus, car incontestablement, les démarcheurs actuels ont de la bouteille, mais pas de cru nouveau, et leurs arguments de vente sortent toujours des mêmes tonneaux.

Publié dans Politique - Humour

Commenter cet article