Marre des primaires

Publié le par Raymond Lévy

Ecran
Ecran

"Libération" du lundi 15 février titrait sur deux pages intérieures : "Sarkozy, une ligne pour ligoter ses concurrents" et constatait avec réalisme: "Le parti en question n'est plus, à l'évidence, qu'un instrument au service d'un candidat à la primaire". De son côté, le secrétaire général du Parti Submergé ironisait sur la liste des candidats à la primaire de la droite, la comparant à une équipe de football. On ne sait plus très bien, d'ailleurs, s'il s'agit d'une élection primaire du seul parti sarkoziste,ou de la droite et du centre (appellations conventionnelles, mais recouvrant quelle réalité?) : une ligne au dessus de ma citation, le journal indique que le choix d'un programme appartient à l'ensemble des électeurs de droite et du centre. Sauf que le Front National, que l'on qualifie de droite voire d'extrême droite, ne participera pas à cette primaire. Sachant qu'une partie de ses électeurs et des ses membres sont des transfuges de l'UMP, on peut considérer que la frontière de la "droite" n'est pas fixée. Quant à Debout La France, que les autres partis comme les présentateurs des résultats électoraux voudraient annexer comme "divers droite", il a déjà fait connaître qu'il réfute l'appellation "divers droite", se considère au dessus de ces distinctions artificielles et qualifie les appels à participer à la primaire d'invitation à un "dîner de cons", tant il est patent que ce mécanisme a pour seul but, dans la tête du président du parti "Les Républicains", de marginaliser les autres prétendants à la présidentielle et de lui assurer une légitimité à se présenter comme un candidat unique de son camp, en coupant les ailes à tous ceux qui pourraient lui prendre des pourcentages électoraux. N.Sarkozy est mis en examen pour le financement de sa précédente campagne. Réussira-t-il cet examen en étant admis à présenter sa défense devant un tribunal, ou sera-t-il recalé par l'effet d'un non-lieu (l'examen judiciaire présente en effet la particularité d'être le seul où l'on cherche généralement à ne pas être qualifié....) ? Au fond, on s'en fout. Le candidat favori des sondages n'est-il pas Alain Juppé, condamné (pour avoir servi de fusible à Jacques Chirac,dit-on, en tout cas, condamné? Ce qui ne semble pas être vécu comme un handicap. Dans le degré d'avilissement et de corruption de la classe politique, une condamnation sera bientôt un élément de snobisme.....voire une référence indispensable et un adoubement dans la noblesse républicaine ! Quant au programme, comme l'écrit le journal, il est constitué sous des intitulés vagues du fond commun à tous les discours de droite. Non, pauvres électeurs, vous ne pourrez pas vous déterminer en fonction d'un programme clair ! Je relève cependant que François Fillon ose juger déraisonnable la baisse de dix pour cent de l'impôt sur le revenu préconisée par N.Sarkozy. Evidemment, on risquerait de baisser d'autant les revenus et avantages de la noblesse républicaine constituée par les énarques et les anciens ministres ou présidents : nos impôts, cette classe les considère comme leur agent : alors, pas touche ! Tant pis s'ils ont coulé l'économie française, qui est à l'arrêt. Ce n'est pas seulement de dix pour cent qu'il faut réduire de manière timorée l'impôt sur le revenu; il faut le réduire bien plus massivement que ça, voire le supprimer, pour laisser les Français et les résidents respirer et consommer. Les autres pays ont choisi entre divers impôts, la France les cumule tous, et tous au maximum ! On voit le résultat.

Quant au remaniement récent fomenté par François Hollande, il ne nous laisse aucun espoir d'amélioration ou de remise en cause des stupidités socialistes. Le retour de l'hyper-rigide Jean-Marc Ayrault nous protège de toute aspiration de la société française à une certaine souplesse.

La création d'un secrétariat d'Etat "à l'Egalité réelle" , passée la rigolade générée par cette magnifique illustration de la langue de bois dans laquelle nos énarques nagent avec délices dans des eaux trop troubles pour le commun des citoyens, doit être comprise comme un constat de l'inégalité actuelle des Français.

Par les primaires, comme par le remaniement et le pompage espéré de voix écologistes (je dis bien écologistes et non écologiques, car tout le monde, sans barrière politique, est ou devrait être sensibilisé à l'écologie réelle...),, que devons-nous comprendre? Simplement que la classe politique se donne en spectacle. Et les journalistes, qui font partie du système, marchent dans la combine. Tout cela n'est qu'un ramassis de manoeuvres politiciennes et pré-électorales, comme la réforme constitutionnelle concernant la déchéance de nationalité, pour ramasser des miettes de pourcentage et servir d'écran masquant la fonte tragique des effectifs de police et de gendarmerie (Sarkozy : moins treize mille, ils nous manquent!) et la défaite de notre sécurité.F. Hollande n'a au aucune réaction opérationnelle après les attentats de janvier 2015. Les attentats du 13 novembre sont le fruit de son impéritie et de son imprévoyance, et on a eu tort de le féliciter de son action tardive : l'état d'urgence a été mis en place huit mois trop tard, et après, F.Hollande n'a fait -enfin! - que ce qu'on attendait normalement de lui. Les éleveurs, les agriculteurs, les PME, les artisans, les consommateurs, meurent d'étouffement, les sanctions contre la Russie se retournent contre l'Europe, la Turquie et nos alliés soutiennent plus ou moins directement les terroristes islamiques ? Naïvement, nous pourrions considérer qui'il s'agit de vrais problèmes. Mais non, voyons, il s'agit de considérations primaires ! L'important, c'est la sélection du clown en chef, qui nous fera oublier ces vraies questions, jusqu'à ce qu'une nouvelle tragédie humaine et/ou une nouvelle catastrophe économique vienne occuper nos écrans, mais rassurez-vous, très temporairement, jusqu'à ce que le spectacle reprenne !

Publié dans Politique - Humeur

Commenter cet article