Dieu soit loué !

Publié le par Raymond Lévy

Chapeau ANZAC
Chapeau ANZAC

Dieu soit loué, la France est (mais peut-être pour peu de temps encore?) la première destination touristique du monde. Bien que les enquêtes internationales ne mettent pas en exergue nos qualités d'accueil envers les étrangers. Certes, lors des grandes invasions, et lors des guerres de notre histoire, les populations autochtones et les armées françaises n'ont accordé qu'un accueil réservé aux étrangers franchissant nos frontières, ce qui est assez compréhensible. L'accueil fut toutefois globalement meilleur pour les étrangers venus, comme les Ecossais pendant la guerre de cent ans, pour nous soutenir contre les Anglais, puis pour les Anglais, les Australiens, les Américains, les Néo-Zélandais et quelques autres venus pour nous soutenir contre les Allemands de l'empereur Guillaume II puis contre les soldats du dictateur germanique, vingt ans plus tard. La France ayant perdu sa puissance industrielle, s'est reconvertie massivement dans le tourisme, devenue ou devenant la première ressource économique nationale, accueillant aussi bien les ennemis d'hier devenus nos amis européens, que nos anciens alliés. S'il est vrai que les étrangers nous brocardent pour notre côté administratif et paperassier, et la méconnaissance des langues étrangères par les Français, il faut admettre que de gros efforts ont été faits pour attirer les touristes étrangers (et même, le croiriez-vous, les touristes français!) dans "notre beau pays". Toutefois, ces efforts sont souvent réduits à néant par des stupidités dues à notre ethnocentrisme français, et par des complications administratives qui, curieusement, peuvent émaner du secteur privé. J'en ai eu un exemple dans l'après-midi, parce que je parle anglais. Dans un café d'ALBERT, ce jour,quatre touristes australiens ont exposé avoir un problème pour louer une voiture dans les deux points de location de l'agglomération albertine. Il faut rappeler que la nation australienne (de même que la nation néozélandaise) est née dans la Somme, car la conscience nationale australienne (comme la néo-zélandaise) a été forgée par les combats et les milliers de morts de l'ANZAC (Austalia & New-Zealand Army Corps) dans la bataille de la Somme, parallèle à celle de Verdun, en 1916, puis au cours des offensives allemandes entre 1916 et 1918.

Les descendants des combattants de cette époque n'hésitent pas à faire vingt-quatre d'heures d'avion pour venir honorer leurs ancêtres et découvrir les champs de bataille de la Somme, et l'économie locale vit largement de leurs séjours.....à condition de pouvoir leur offrir sur place les prestations qui les retiennent. Or, beaucoup d'entre eux ne s'attardent pas dans les lieux d'accueil et l'hôtellerie locale, parce qu'ils ne peuvent pas louer une voiture pour se déplacer et visiter les lieux où leurs ancêtres ont combattu et souvent péri : ils sont obligés d'aller à Amiens ou à Arras pour cela, pour réussir à louer une voiture sans chéquier, et du coup, ils y logent. Pas de problème de permis de conduire, pas de problème de paiement de la location, pour cela on accepte leur carte bancaire, et s'ils ont fait la dépense du voyage depuis les antipodes, c'est qu'ils ont prévu un budget suffisant. Mais on ne leur confie pas de voiture, parce qu'ils ne peuvent pas remettre un chèque de caution, pour une raison toute bête : ils ne savant pas ce que c'est qu'un chèque, ça n'existe pas en Australie (ni d'ailleurs en Grande-Bretagne, et guère plus en Allemagne où un chèque ne sert qu'à régler l'achat d'une maison ou d'une usine, ça n'existe plus au Luxembourg ni aux Pays-Bas....), et donc ils n'ont pas ce qui est une curiosité française. Plus de 70% des chèques émis dans l'Union Européenne sont émis en France. Autrement dit, nous acceptons en France que les étrangers puissent louer une voiture, à la seule condition que ces étrangers......soient français, et aient un compte-chèques et des formules ! Nous célébrerons le 1er juillet 2016 le centenaire de la bataille de la Somme, nous attendons la famille royale de Grande Bretagne et du Commonwealth, et cent mille Britanniques et nationaux des pays libérateurs (je n'ai pas souvenir que leurs ancêtres soldats volontaires fussent venus pour nous sauver en 1916 munis de chéquiers, ma culture historique doit avoir une défaillance sur ce point) mais ces cent-mille visiteurs ne pourront pas rester pour visiter les champs de bataille, parce qu'ils seront victimes du manque de pragmatisme des organisateurs et ne pourront pas circuler. Parmi nos quarante-quatre ou quarante-cinq ministres, il doit bien y en avoir un en charge du tourisme ? Nous avons bien, comme disent les Suisses, un ministre des Finances alors que nous n'avons pas de finances.....Peut-être pourrait-il s'occuper de cette question ?

Nos visiteurs australiens n'ont peut-être pas tout perdu, car il leur était loisible de pénétrer dans la basilique d'Albert (reconstruite après avoir été détruite pendant la première guerre mondiale) pour rendre louange à Dieu. Car dans notre France, paradis d'accueil des touristes, il n'y a que Dieu qu'il soit permis de "louer" sans chèque de caution !

Publié dans International

Commenter cet article

beugnet ginette 21/05/2016 16:14

j'aime bien le coté "poli à gratter" ; cela peut fonctionner...

GINETTE beugnet 18/05/2016 17:09

J'aime beaucoup la chute ...

Lévy 21/05/2016 11:45

Merci ! L'article et des interventions de la mairie alertée ont porté, d'ci peu les points de location de voitures à Albert accepteront (disent-ils) de prendre des empreintes de carte de crédit pour les cautions.