Pointure

Publié le par Raymond Lévy

Grosse tatane
Grosse tatane

Décidément notre gouvernement adore humilier les Français ! Je pensais avoir une situation appuyée sur un pied solide, et même deux, chaussant du 45. Mais voilà que Manuel Valls veut m'humilier en annonçant de manière tonitruante que lui, il chausse du 49-3 ! Il revendique la possession d'un ustensile puissant, mais il ne sait pas s'en servir sans trébucher. On le voit venir, avec ses gros sabots.Il veut faire croire qu'il dispose d'une solide Constitution : à quoi bon, si c'est pour pratiquer une politique au petit pied ? Il s'appuie sur une majorité bancale, dont les membres multiplient croche-pieds et crocs en jambe. Les Verts ne sont plus la canne des Socialistes, en tout cas ils ne sont plus un appui. Un député vert fait scandale, parce qu'il a voulu prendre son pied en écrasant ceux des dames de son entourage et en les harcelant (ça change des massages de pieds féminins de M.Tron, qui fut accusé d'avoir voulu monter plus haut...). La "majorité" de M.Valls n'est plus qu'un assemblage boiteux. En fait, il n'a plus de majorité et n'en rassemble une, de circonstance, qu'en lui bottant les fesses avec sa fabuleuse pointure. C'est une majorité par défaut. Le gouvernement n'a plus d'assise. Impuissant à faire voter une réforme constitutionnelle, il ne veut pas perdre pied en renonçant à une loi dont il a fait un totem,autour duquel il dansera comme un sorcier africain ou Peau Rouge, pour faire pleuvoir des emplois. Le président ne fait pleuvoir, lorsqu'il se déplace, que de l'eau : par réaction, le premier ministre traite les députés avec sécheresse, car sa loi avance à un train de sénateur. Si elle est adoptée par les deux assemblées, elle créera une inégalité de traitement entre les grandes entreprises, qui suppriment des emplois, et les petites, qui en créent quand on ne les en empêche pas, ce à quoi on s'emploie consciencieusement et avec zèle. Le gouvernement veut taxer les C.D.D. pour orienter l'emploi vers les C.D.I., le résultat en sera qu'il n'y aura pas un C.D.I. de plus, mais qu'il y aura des C.D.D. en moins.....Peut-être que si la France n'était pas accablée d'une classe politique atteinte d'une furie de légiférer sur tout, et de tout taxer, l'économie pourrait repartir d'un bon pied ! Mais foutre la paix aux Français et aux résidents, et les laisser travailler pour vivre et faire vivre, c'est contraire aux principes de nos dirigeants, passés et présents. Leur seule vocation, c'est de nous rappeler qu'ils existent, en se comportant en casse-pieds.

Publié dans Politique - Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

beugnet ginette 15/05/2016 16:51

bel article ; beaucoup d'humour ; j'aime beaucoup