Un éléphant ça trompe

Publié le par Raymond Lévy

Un éléphant ça trompe

Ce n'est pas pour rien que les caciques socialistes sont appelés "éléphants". Tout le monde connaît la ritournelle :"un éléphant,ça trompe énormément". Depuis des mois, M.Sapin, qui n'est pas un arbre mais un éléphant, et M. Hollande font dire que nos impôts vont baisser. A condition que la croissance soit au moins de 1,5% voire de 1, 7% du produit Intérieur Brut en 2016, perspective qui relève d'un rêve hypnotique. Plus exactement, ils disent que le montant global des prélèvements va baisser, sans avoir bien déterminé si cette baisse prendra la forme d'une revalorisation de la prime d'activité, qui ne concerne probablement pas les 43,6% de Français ou de résidents qui payent à eux seuls la totalité de l'impôt sur le revenu, ou si on allait modifier "les grilles" de l'impôt sur le revenu (oui, notre activité et nos revenus sont enfermés derrière des grilles, merci de le reconnaître). En dernier lieu, une information de 20minutes.fr de ce 6 septembre 2016 nous indique que Michel Sapin a "prévenu qu'il fallait cesser de parler de ce montant car la marge dont dispose le gouvernement n'était pas la même", ce qui revient à avouer que les prévisions de croissance considérées ne seront pas atteintes, mais qu'il faudra cependant faire un geste électoral. Selon le même article, qui rend compte d'un autre article des Echos, donc la formulation souffre de ce caractère indirect et je ne suis pas sûr de bien l'interpréter, "la ristourne" serait de 350 euros par personne en cas de revenu inférieur à 1,1 fois le SMIC : autrement dit, la réforme ne bénéficiera qu'aux personnes assez maladroites pour franchir de justesse un seuil d'imposition, absolument pas aux autres, et en tout cas pas aux "classes moyennes", celles qui font l'activité et les profits du pays. Autrement dit, elle ne bénéficiera qu'à de supposés électeurs socialistes, dangereuse illusion puisque les publications diverses des dernières années convergent pour dire que la Gauche a perdu la classe ouvrière, partie au Front National. En caricaturant, la Gauche de gouvernement vise à côté de la cible et fera une réforme pour les électeurs du Front National.....Quelle habileté ! Les classes moyennes, celles dont le basculement peut faire les élections, continueront de souffrir en silence, jusqu'à ce qu'elles clament leur exaspération dans les isoloirs. La gauche se rend-elle compte qu'elle a déjà perdu ses derniers paris ? Le Huff Post de ce même mardi titre: "Pourquoi la gauche aura du mal à être identifiée aux baisses d'impôts malgré un dernier geste fiscal". Larticle indique:"Les hausses d'impôts du début du quinquennat agissent comme un chewing-gum collé à la chaussure de François Hollande" (il a des chaussures, j'en déduis qu'il a un bottier ou un cordonnier : le paye-t-il près de 10.000 euros comme son coiffeur? Ces malheureux ne bénéficieront pas de son geste fiscal...). Le Huff Post indique:"a la décharge de François Hollande, les hausses d'impôts ont commencé sous Nicolas Sarkozy. Mais l'actuel président doit assumer d'avoir amplifié le mouvement....La somme totale versée par les Français n' a cessé d'augmenter. Entre 2012 et 2015, elle est passée de 56,4 milliards d'euros à 69,5 soit une hausse massive de 23%(.....)il faudra au moins trois quinquennats à François Hollande pour devenir le président de la baisse des impôts....L'impôt sur le revenu a augmenté de 47% depuis 2010.(...) en valeur absolue, le rapport de Bercy est encore plus terrible pour l'exécutif: depuis 2012, la facture fiscale se sera alourdie de 95 milliards d'euros, dont 35 milliards pour les ménages, tous impôts et taxes confondus.

Pire, une étude publiée par un institut plutôt classé à gauche indique que la politique fiscale sarkhollandiste a plombé la reprise économique, nécessaire pour produire de nouvelles recettes fiscales...Comme on dit, trop d'impôt tue l'impôt. L'étude conclut d'ailleurs que l'impact de ce choc fiscal n'était pas compatible avec une baisse du chômage.

La politique économique et fiscale de la France est donc dirigée par un éléphant sans défense dont le cornac s'appelle Gribouille.

Publié dans Economie

Commenter cet article