OUTING

Publié le par Raymond Lévy

Le Huff Post titre aujourd'hui : "Pour la première fois, Hollande désespère même ses proches", "La rancoeur des hollandais historiques", assimilant ses confidences publiées par deux journalistes dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça" à un suicide politique.

Ce n'est pas du tout ça. François Hollande est tellement obnubilé par son obsession d'être un "people" normal, qu'il a voulu se conformer à la pratique appelée "coming out" ou "outing", seul moyen pour un président-presque-candidat de réveiller l'intérêt que même la presse "people" ne lui porte plus. Rappelons la signification en franglais des termes utilisés : le coming out est la révélation de son identité sexuelle et le plus souvent de son homosexualité, plus ou moins volontaire et parfois inattendue, et l'outing est la révélation brutale de la même chose par un tiers. C'est très à la mode en anglo-saxonie, phare de nos élites.   Petit problème pour François Hollande :   les Français connaissent ses concubines, ses liaisons sexuelles et ses frasques, donc plus moyen de nous surprendre avec ça. Alors, comment faire pour nous surprendre et faire "le buzz" ?

Idée de génie : au lieu de révéler une nature de "queutard", déjà publique, moi président, je vais révéler mon mépris des institutions que je garantis et défends ! Hein, vous n'y aviez pas pensé, à celle là ? Je vous ai bien surpris. Ceux qui m'ont décerné récemment le prix d'homme d'Etat 2016, je les ai bien eus ! J'étale magistra(t)lement ma nullité, et tout le monde parle de moi. C'est-y pas bien joué, ça ? On ne parle plus que de moi, sur la terre entière ! Le grotesque, en politique, c'est finaud, ça paye !

Au prix de vos derniers espoirs de réélection, ça oui, monsieur Hollande, vous l'avez gagné, votre pari. Vous faites un spectaculaire naufrage, nous ne pouvons pas dire le contraire. Chacun a les performances qu'il peut.....Aux jeux paralympiques de la politique, vous vous distinguez.

Je ne vous ferai qu'une petite critique : votre naufrage n'est pas comparable à celui du Titanic, un  peu plus romanesque que le vôtre. Le Titanic a sombré parce qu'il a rencontré sur son chemin une masse hostile. Vous, vous avez sombré parce que vous portiez cette masse en vous, et vous lui avez accordé tant de poids qu'elle a enfoncé et crevé votre cale....

Publié dans Politique - Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Terrier 16/10/2016 01:31

Manifestement, cher collègue, ce personnage vous déplaît vraiment. Hi hi ! Je le savais déjà. N'en écrivez pas trop quand même à son sujet, car il ne mérite même pas qu'on s'intéresse trop à lui. En outre, son mépris à l'égard de notre corps, révèle qu'il n'a pas la stature d'un vrai président soucieux des équilibres constitutionnels.