Wallons enfants de la patrie

Publié le par Raymond Lévy

"Libération" titre aujourd'hui :"CETA- Vive la Wallonix". CETA ? C'est quoi, ça ?

"Comprehensive Economic and Trade Agreement". Comprehensive ne signifie pas compréhensible ou compréhensif envers qui que ce soit, ce mot anglais signifie "global". il s'agit d'un (projet d')accord global sur les relations économiques entre le Canada et l'Union Européenne. Comme le projet TAFTA "Transatlantic Free Trade Agreement", accord de libre échange Europe-U.S.A., le projet CETA suscite méfiance et oppositions. Les deux sont ou ont été négociés en secret par la Commission Européenne  (Bruxelles) et prévoient des juridictions d'arbitrage qui pourront condamner un Etat si sa politique nuit aux intérêts d'une entreprise commerciale ou industrielle. Autrement dit, le fric doit l'emporter sur les intérêts nationaux et les sentiments des peuples. La souveraineté des Etats n'est alors plus qu'un mot vide appartenant au passé. ce qui va à rebours de l'histoire des nations européennes. Le projet prétend respecter les droits d'auteur, mais il imposera de changer les paroles de l'Internationale : l'hymne euro-américain ne sera pas "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous", mais "Technocrates de tous les pays, unissez nous!" (même si nous ne voulons pas être unis).

Il y a un os : un tel accord ne peut être adopté que s'il est signé par tous les gouvernements européens. La lâcheté des courants dominants semblait garantir la quiétude du processus et la béatitude de sa conclusion. Mais la Belgique est un Etat fédéral, et son gouvernement ne peut signer un tel accord international que si ses parlements régionaux l'ont approuvé. Or, le Parlement de la région Wallonie l'a rejeté. Crime de lèse Bruxelles ! Cris d'orfraie des eurocrates ! Pressions carrément inamicales sur le ministre-président Paul Magnette (pas un magnet qu'on colle sur une porte de frigo...) qu'on met en demeure de signer avant le 27 octobre soit dans deux jours, un texte de 1.600 pages sur lequel il a demandé des éclaircissements pour lesquels il n'a reçu que le 6 octobre des documents complémentaires se voulant explicatifs....Pas sérieux ! Il n'accepte pas de déléguer sa signature au gouvernement central belge. Il refuse, les Wallons refusent avec lui, de se laisser marcher sur les pieds et de vendre leur âme pour des coupes de champagne et une poignée de petits fours. On s'étonne : qui est cet horrible europhobe ? Tout faux ! Malheureusement pour les critiques, Paul Magnette est horriblement compétent en la matière : c'est un professeur de sciences politiques, spécialisé dans les travaux sur l'intégration européenne....Zut alors ! Quelqu'un qui sait de quoi il parle, ça c'est un vrai scandale ! Il serait tellement plus facile d'intimider des ignares naïfs ou soumis...Paul Magnette et les Wallons ne sont pas contre le principe d'un traité, mais pas celui-là, qui ne leur inspire aucune confiance. Donc il faudra en renégocier un meilleur ou y renoncer. Critiques, menaces et pressions ont eu le résultat fort prévisible de crisper les Wallons dans leur refus : ce pourquoi la page de titre de "Libération" emploie le mot "Wallonix" et une image inspirée de la représentation du célèbre village d'Astérix et des irréductibles Gaulois, face à une aigle romaine (aigle est féminin en héraldique, à cause du genre du mot latin Aquila).

Guy Verhofstadt, ancien premier ministre du royaume de Belgique, a proclamé que l'Union Européenne pourrait contourner le refus wallon, en arguant que l'économie est un domaine fédéral européen, et que les dictateurs de l'Union Européenne pourraient donc signer eux-mêmes le CETA. Merci, merci Guy, de reconnaître officiellement que les institutions de Bruxelles se considèrent au dessus des peuples et sont totalement anti-démocratiques, ou a-démocratiques. Il fallait que cette vérité fût dite, et vous avez eu le courage, l'outrecuidance et l'arrogance de le proclamer à la face du monde et surtout  à la face des Wallons. Si l'on suit la voie que vous revendiquez, la Wallonie fera immédiatement sécession de Bruxelles (Belgique et Europe) et la construction européenne explosera, la Hongrie et quelques autres pays seront ravis qu'on leur montre la voie, la Grande Bratagne accélèrera son Brexit, la Grèce se vengera des mauvais traitements qu'on lui a faits subir, et l'idée européenne, estimable en soi mais pervertie par des dirigeants autocratiques, ne refera plus surface avant trois générations. Quelle impudence, quelle imprudence !!!!

Vous n'avez pas de chance, Guy et mesdames et messieurs les eurocrates, siégeant en Belgique, vous auriez du y penser : les Wallons ont la frite ! Vous êtes certes des grosses légumes et "des huiles", mais vous êtes frits.

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article