Situation électrique

Publié le par Raymond Lévy

Je viens d'apprendre tout à la fois que l'organisation internationale Greenpeace (en français, paix verte, mais parler Français, c'est affreusement ringard) a empêché l'accès au siège d'EDF puis a été chassée.
Greenpeace est contre la fourniture d'énergie électrique : ça fait partie de sa liberté de penser. Son siège n'est pas en France, c'est commode. Elle a toutefois un siège à Paris, rue d'Enghien, ce qui n'est pas une adresse de quartier défavorisé. 

J'ai eu la curiosité de vérifier son hostilité absolue à l'énergie électrique en allant sur les réseaux sociaux (qui fonctionnent à l'électricité) et j'ai constaté qu'elle utilise abondamment l'électricité pour faire des appels aux dons......Elle ne peut donc pas vivre sans l'énergie électrique fournie en France par les centrales nucléaires qu'elle dit abhorrer. Mais de son côté, EDF n'est pas futée, qui menace Greenpeace d'un procès qui lui fera de la publicité, alors qu'il serait si simple et bien plus dommageable.....de lui couper l'électricité !

Bon, l'électricité est certainement  dangereuse (surtout avec ce que le Canard Enchaîné révèle des carences de fabrication des réacteurs), mais si j'habitais rue d'Enghien (je vous rassure, je n'en ai pas les moyens), je ne serais pas très rassuré d'apprendre que Greenpeace éclaire à la bougie ses bureaux et risque de mettre le feu à ses papiers  (peut-être même pas recyclés) voire à son sapin de Noël, et à l'immeuble. Si l'électricité est dangereuse, le feu aussi...

EDF et Greenpeace nous jouent ensemble le bal des faux culs. La seule chose sûre, c'est qu'entre eux deux "il y a de l'eau dans le gaz".........

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article