Fric de la répression

Publié le par Raymond Lévy

Un délégué du procureur de la République reçoit, dans une salle prêtée par la mairie, un voleur de voiture. Dialogue :

- Vous avez reconnu avoir volé une voiture. Ce n'est pas la première fois. Vous n'avez pas de permis de conduire....

- Justement, depuis que je conduis sans permis, mais je n'ai jamais eu d'accident !

- Ah ça, c'est intéressant ! Vous pourrez vous en servir pour obtenir votre permis de conduire par validation des acquis, au moins pour une partie des épreuves.....On va vous donner une notice, qui vous indiquera la marche à suivre.

-Oh merci, monsieur !  Si on me donne le permis, vous n'entendrez plus parler de moi....

-C'est ce qu'on dit toujours. Je veux bien noter votre promesse....Mais je vous avertis : au prochain vol, vous risquez d'aller en prison ! Jusqu'à présent, vous y avez échappé, parce qu'il manque 20 à 35% des effectifs de magistrats, de greffiers et d'agents de probation. Des effectifs théoriques, déjà calculés trop juste, si on peut employer le mot "juste".....Alors on s'en remet à des bénévoles comme moi, pour essayer de vous faire mesurer les risques de votre conduite.

-Je vais essayer de bien me conduire. Mais si je vais en prison, avec les procédures en attente, je risque d'y rester longtemps?

-Oh, je ne sais pas. S'il s'agit de vols de voitures, le risque est réduit : la France est le seul pays où on peut entrer en prison pour vol de voiture et en sortir pour bonne conduite !

-C'est chouette, d'encourager les jeunes ! 

-Oui, mais attention ! Ne vous faites pas arrêter à Evry ou à Créteil, en tout cas en région parisienne.

-Pourquoi donc ?

-Parce que, faute de personnel, les services de l'application des peines n'enregistrent plus les nouvelles demandes de mise en liberté, et les peines de prison se terminent avant qu'on vous ait entendu.

-Oh là, c'est pas cool !

-Ce n'est pas le plus terrible. L'Etat, malgré quelques  recrutements, répugne à donner des moyens à la Justice pour la vie, la dignité, la liberté des citoyens : ça ne rapporte rien (soupir).....Mais vous avez une sacrée veine de ne pas vous être fait prendre par des mercenaires du privé en voiture banalisée, pendant que vous conduisiez la voiture volée ! A côté d'un viol ou de coups et blessures, les contraventions sont des babioles, mais l'Etat prend les choses très au sérieux. Vous comprenez, il s'agit d'Argent. Je ne devrais pas vous le dire, mais c'est la seule chose qui compte (si j'ose dire) pour nos gouvernants. Avec toutes leurs magouilles, il n'en reste plus assez pour faire tourner les services publics. Alors on trouve des millions à donner au privé pour relever (voire provoquer...) des contraventions qui rapportent. Et là, pas de remise de peine, aucun respect des procédures ! Un organisme central constate, poursuit, rejette les réclamations, et se sert sur vos comptes bancaires, au mépris de la séparation des pouvoirs  : il dépend totalement de l'exécutif.

-C'est quoi, M'sieur, l'exécutif ? 

-C'est le gouvernement. Il doit faire croire qu'il fait quelque chose pour votre sécurité, mais seul le fric l'intéresse.

-Comme tout le monde, M'sieur !

- Hélas oui !

-Y a un nouveau dealer, dans mon quartier, il se fait applaudir avec la formule :"Fric, fric,fric, hourrah!"

-Un futur politicien......Au revoir ! Non, au contraire, tâchez de ne plus me revoir.

 

 

 

Publié dans Justice

Commenter cet article