Paradoxes et incongruités

Publié le par Raymond lévy

La France va voter. Enfin, on l'espère. On fait appel aux abstentionnistes. Nul ne s'en abstient.  La situation des abstentionnistes est pourtant excellente : ils peuvent espérer obtenir plus de voix qu'aucun des candidats déclarés. Pourquoi s'abstiendraient-ils de s'abstenir? Leur victoire est à portée de main. La France va voter pourquoi, au fait ? Pour son avenir, et pour choisir celui à qui elle s'en remettra pour l'orienter. Sur quoi porte la campagne ces derniers jours ?  Sur le colonialisme. La France n'a plus de colonies ! Quel rapport avec notre avenir ?  Chaque parti politique essaie de mettre en selle son candidat et le programme dudit parti, s'il en a un....Après une campagne partisane pour la présidentielle, le président élu se proclamera président de tous les Français...L'élection présidentielle, orchestrée par les partis politiques, désignera un président qui, constitutionnellement, aura pour mission d'arbitrer les choix fondamentaux en se plaçant au dessus des partis, mais on laisse les partis organiser la campagne de celui qui devra se détacher d'eux et de ses "sponsors", lesquels l'auront préalablement fragilisé s'ils ont financé sa campagne par des moyens douteux. 

Aussitôt après, suivra une élection partisane : chaque parti confirmera son existence, obtiendra un poids dans la représentation nationale, ou disparaîtra. En résultera le choix du premier ministre et des membres du gouvernement. Le premier ministre définit et dirige la politique de la Nation, selon la Constitution, mais le président de la République préside le Conseil des Ministres..... Le président de la République assume dans la réalité une bonne partie des attributions du Premier Ministre, et dans le cas de N.Sarkozy, la jouissance de la résidence secondaire officielle du Premier Ministre à Versailles, au Pavillon de la Lanterne, qui nous éclaire. La fonction de Premier Ministre est une fin de carrière flatteuse pour un homme politique. C'est une vraie fin de carrière.  Tout P.M. rêve de devenir P.R. (Président de la République, Préposé à la Repentance). Le président considère son chef de gouvernement comme un rival et non comme un partenaire de confiance. Les Français ont renvoyé deux P.R. (Sarkozy et Hollande) et deux P.M. ( Valls et Juppé), et le seul ancien P.M. s'obstinant dans la course présidentielle ne se sort pas de son image de majordome de Nicolas Sarkozy ni des magouilles. Quant aux choix d'avenir, voyons le spectacle hilarant d'un candidat, ex-majordome de Hollande au secrétariat général de l'Elysée devenu ministre, qui refuse farouchement de proposer des choix d'avenir, alors que c'est en principe le thème de la campagne électorale. Peut-être nous sortira-t-il un programme le 30 ou le 31 Février ?

Publié dans Politique

Commenter cet article