Questions bêtes

Publié le par Raymond Lévy

Les Français se disent de plus en plus excédés par la main-mise des énarques et des technocrates sur la vie politique et administrative nationale. Pourquoi alors le favori des sondages  est-il  Emanuel Macron, énarque et technocrate ?

Les Français sont exaspéré par la domination de la finance sur l'économie. Pourquoi alors le favori des sondages est-il le même Macron, associé de la banque Rothschild?

Les Français sont excédés par le poids des impôts et les pouvoirs excessifs de Bercy. Pourquoi alors voter pour ledit Macron, marquis de Bercy, ancien ministre de l'économie ? Ce tellement bon gestionnaire aurait à lui seul consommé l'enveloppe frais de réception prévue pour deux ministres et leurs secrétaires d'Etat, s'il n'avait démissionné à temps, et aurait abusivement fait organiser un déplacement à l'étranger pour se financer, sans parler de sa complaisance envers l'acquéreur de BFM-TV, chaîne qui le lance. S'il est élu président et gère la France comme ça.....Rien de bon ne peut sortir de Bercy pour les contribuables français ! Comment quelqu'un qui est mauvais pour les contribuables serait-il bon pour les citoyens ? Pour les contribuables européens, transformer un ministre de l'économie et des finances français en commissaire européen ne semble pas avoir été une opération fructueuse.

Les Français, qui ont longtemps supporté le népotisme et le pillage des fonds publics par leur classe dirigeante, ne le supportent plus : il y a de l'abus dans l'excès. Ils n'admettent plus les emplois fictifs grassement rémunérés.  François Fillon fait naufrage pour cette raison. Pourquoi la candidature de Marine Le Pen, à qui on reproche ainsi qu'à quelques autres eurodéputés, d'avoir fait rétribuer par le parlement de Strasbourg des gens qui travaillaient pour son parti ailleurs, ne subit-elle pas le même sort que celle de François Fillon ? Au fait, pourquoi ceux qui sont en paroles les plus farouches adversaires des institutions européennes tirent-ils leurs revenus connus de rémunérations versées par les institutions européennes?

Certains de nos brillants candidats proposent d'augmenter la CSG (Contribution Sociale Généralisée) pour réduire les impôts par effet de vases communicants. Ce qui n'a aucun intérêt pour le contribuable-électeur, qui veut qu'on réduise la masse globale de ce que l'Etat lui pique. Pourquoi remplacer l'impôt sur le revenu par deux prélèvements distincts : la CSG déductible, la CSG non déductible, qui ne s'appliquent qu'aux personnes résidant en France ? Si on augmente ces CSG,  une marée de contribuables ira  résider hors de France, fût-ce à cinquante mètres de la frontière (je ne parle bien sûr que de ceux qui ne l'ont pas encore fait....). Nous avons, pour financer la protection sociale, les deux CSG, la CRDS qui était provisoire, mais en France rien ne dure autant que le provisoire, alors que le définitif on se bat parfois pour le supprimer, et les cotisations. C'est trop simple ! Pourquoi n'y a -t-on pas encore rajouté une autre connerie ? Quelqu'un a-t-il entendu dire, autrement que par des rodomontades de madame Touraine, que la protection sociale française fût en équilibre? Elle l'est seulement en Alsace-Moselle, qui a un régime différent et mieux géré, sans excès de personnel.

Pourquoi le revenu universel de M. Hamon est-il devenu moins universel ? Son financement aurait pourtant permis d'assouvir le vieux fantasme de la Gauche : un impôt sur le revenu supérieur au montant du revenu imposable.

Pourquoi, plus la part prélevée par l'Etat dans le revenu intérieur augmente (elle avoisine 56%), plus ledit Etat est fauché et incapable de remplir ses missions ?

Pourquoi nos brillants politiciens proposent-ils de supprimer des dizaines de milliers de fonctionnaires, tout en déplorant le manque de policiers, de magistrats, d'infirmiers, etc?  Pourquoi n'avons nous pas assez de fonctionnaires "sur le terrain" ?  Nous avons trop de fonctionnaires et d'énarques dans les ministères, à commencer par Bercy, les mieux payés étant dans les directions. En quoi la multiplication des services centraux améliore le fonctionnement des services extérieurs ? C'est le contraire : ceux-ci  répondent aux demandes de statistiques des ministères, et ce temps est perdu pour leurs missions fondamentales. Hier quelqu'un se plaignait sur internet que si on réduit le nombre des conseillers ministériels, on va politiser les directions. Dans ce cas, à quoi servent encore lesdites directions ? Oh, c'est bien simple : elles sont la pépinière desdits cabinets ministériels....Leur politisation? Elle est accomplie. Il faut une disparition (par suppression d'emplois et de subventions, par limites de cumuls aussi ou de durée, chasse aux organismes inutiles et aux doublons)  ou une épuration de cette classe politico-énarco-médiatique qui étouffe la France. Il faudra que la France soit capable de trouver en elle des hommes et des femmes non liés à ce milieu, et pas des produits publicitaires dont on fait oublier les antécédents. Les électeurs sont fatigués de voir toujours les mêmes têtes, et les élections (comme les primaires l'ont montré) verront la montée du "dégagisme" et de l'abstention. Faute de renouvellement de l'offre, il n'y a plus de demande.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

Michel Terrier 14/03/2017 15:41

C'est à peu près ce que dit le FN (cette classe politico-énarco-médiatique qui étouffe la France).
L'ennui c'est qu'un état moderne est très complexe comme ne l'imagine pas un beauf de comptoir. Il faudra donc remplacer cette classe d'élite par une autre classe d'élite (= des instruits). L'histoire nous apprend que c'est ce qui s'est passé dans tous les changements de régimes ou les révolutions. Même Trump l'anti establishment n'a pas fait autrement en recrutant.

jacques-alain VERMEULEN 12/03/2017 14:21

Le fonctionnaire a gêneralement un esprit si ouvert que dans le privé TOUT lui est fermé, il n est pas payé pour travailler, mais pour fonctionner comme son nom l indique, sans cela ce serait un travailleur et pas un fonctionnaire