Mort aux morts !

Publié le par Raymond Lévy

Il faudrait savoir ! Les sondages et les journalistes nous annoncent que Emmanuel Macron a gagné le second tour de l'élection présidentielle, avec un score écrasant de 60% contre 40%, et les mêmes, ou d'autres, appellent à faire barrage à Marine Le Pen. Si elle a perdu, à quoi bon s'escrimer à lui faire barrage ? Ah, un petit détail en passant : les électeurs, eux, ne se sont pas encore prononcés, mais tout le monde s'en fout.....On appelle à lutter contre les fascistes : petit détail encore en passant, les fascistes ont été écrasés en Italie en 1944-1945, la plupart sont morts depuis, et personne en dehors de quelques individus isolés en Italie ne se réclame plus de l'idéologie fasciste représentée par l'illustration.. Le nazisme était une idéologie différente du fascisme italien. Le franquisme (en Espagne) et le salazarisme (au Portugal) étaient des dictatures sans grandes références idéologiques, de même que les dictatures sud-américaines ou asiatiques. La Corée du Nord ne se réclame pas du fascisme, mais du communisme. On voit parfois devant les tribunaux correctionnels, en France ou à l'étranger, voire récemment devant une cours d'assise, des groupuscules ouvertement néo-nazis, mais des personnes se réclamant ouvertement du fascisme, jamais, pour la bonne raison que les délinquants qui voudraient couvrir leur criminalité d'une draperie politique sont aussi ignorants en histoire politique, et ignorants du fascisme, que ceux qui nous invitent à lutter contre les fascistes. Comme source d'inspiration, Daech a pris le relai.....il y a même un groupuscule  qui s'intitule"les antifa", comprenez les antifascistes. Comme il n'y a plus de fascistes, leur cri de guerre pourrait être " Mort aux morts! ". Le FN s'est " dédiabolisé ", nous disent les mêmes médias : pourquoi alors vouloir le diaboliser, à rebours de ses discours ? Parce que, tant que son créateur est en vie, un doute persiste ? Qu'il s'efface ou se taise arrangerait bien du monde, mais il affiche une vitalité qui ruine cette perspective. Soixante douze ans après la fin de la guerre mondiale, il serait temps pour tout le monde d'actualiser et de rénover le vocabulaire politique, et de s'apercevoir que les esprits ont changé depuis les années trente. Les générations se sont renouvelées, et les vieux mots sont démonétisés. Le mot "socialiste"  ne fait plus rêver personne, l'étiquette ne recueille que six pour cent des suffrages. L'UMP, en usurpant l'appellation "Les Républicains", a fait un bide. Alors, où se tourner pour espérer un véritable renouveau des mots et des idées? Vers Emmanuel Macron ? il m'a fait comprendre le mystère de la Trinité : quand je le vois, je vois dans une même personne François Hollande, Jean-Claude Juncker et Hillary Clinton ! Un fructueux renouvellement : il s'agit des personnes qui ont suscité le plus vif rejet des électeurs, mais, miracle de la modernité,  le tri sélectif  débouche sur le recyclage. Nous chercherions en vain un renouveau qu'annoncerait le second tour de l'élection présidentielle, et ne risquons pas d'en trouver une annonce dans le vocabulaire éculé dont on abreuve nos yeux et nos oreilles.

De ce passé, table rase

Publié dans Politique

Commenter cet article

gaudriller daniel 26/04/2017 13:31

quelle finesse de déduction cher Mr Levy....