Parité

Publié le

Oh que c'est difficile de constituer des listes de candidats aux élections législatives ! La faute à la parité exigée par la loi qui exige, à peine de sanctions financières, qu'un parti présente autant de candidates que de candidats. Résultats : on recherche désespérément des femmes, peu volontaires, et on écarte des hommes volontaires parce qu'on n'en manque pas, ou pas autant que l'on manque de femmes, denrée précieuse mais d'autant plus rare qu'elles n'envisagent pas toujours gaiement de se déplacer loin de chez elles, sur une circonscription qu'elles ne connaissent pas. Elles craignent, avec quelque bon sens, il faut bien l'avouer, les parachutages qui risquent de se terminer en chute libre.

Bon, assez de lamentations ! J'ai le devoir civique de proposer des solutions, fussent-elles applicables à de rares cas. Il faut d'abord admettre que les trans-sexuel(le)s puissent "faire joker". Cette proposition géniale et dans l'air du temps démontre que je ne suis pas un vieux crouton réactionnaire. Peut-être ne trouvera-t-elle à s'appliquer dans quelques cas anecdotiques : ce sera toujours autant de cas résolus. Ensuite, il faut importer des citoyens britanniques du comté de Middlesex, littéralement le sexe du milieu ou le sexe intermédiaire, et leur donner une double nationalité pour qu'ils puissent être élus en France. On peut espérer que la ressource démographique de ce comté, très petit mais très proche de Londres, nous fournira suffisamment de personnes ayant une qualité mixte et aptes à remplir les cases.  en désespoir de cause, s'il faut aller plus loin, on pourra aller puiser dans le  Middelsex County dans l'Etat du New Jersey (U.S.A.) 

Les lois sur la parité homme-femme comportent "un blanc" (oui, je sais, blanc c'est raciste!) dans leurs prévisions : que se passe-t-il lorsque une personne change de sexe après son élection? Elle a été élue comme homme ou comme femme. Avec son changement, la parité légale n'est plus respectée. Peut-elle conserver son mandat, ou devient-elle inéligible ? La sanction s'applique-t-elle à toute une liste subitement déséquilibrée, faut-il refaire l'élection dans sa totalité, ou trouver un suppléant dans les membres de la liste non élus? Le Conseil Constitutionnel sera-t-il habilité à apprécier si l'élu présente une constitution féminine ou masculine ? Qui soignera les délires des juristes, consécutifs à cette carence législative ? Pour soigner les maux de tête générés par cette problématique, je préconise que nous l'examinions à tête reposée, après avoir appliqué la parité entre les heures de veille laborieuse et les heures de sommeil pour nous remettre sur pied (avec chaussures à talon ou sans talon?). Cela nous aidera à nous défaire des malaises entraînés par les miasmes de l'indigeste cuisine électorale.

 

Armes du comté de Middlesex (Grande Bretagne)

 

Commenter cet article