Sous le drapeau bleu (32) Vers la fin du séjour

Publié le par Raymond Lévy

Canyon de Peja (Pec)
Canyon de Peja (Pec)

Gjilan, 3 septembre 2002 :

La situation, malgré l'explosion récente de quelques bombes à Klokott (non, pas Cocotte!), station productrice d'eau minérale, voisine de Gjilan. s'apaise. Un signe visible en est que, depuis une dizaine de jours, les soldats américains ont abandonné le casque et le gilet pare-éclats et patrouillent en casquette.

Les soldats américains souhaitaient garder le plus longtemps possible leur harnachement sécuritaire, car ils touchent une prime supplémentaire lorsqu'ils opèrent dans des zones nécessitant le port de cet équipement !

Gjilan, 7 septembre 2002, à13 H 25 :

Hier je suis allé à Pristina pour prendre mon billet d'avion pour mes prochains congés en France, et pour statuer en collégialité sur un cas un peu original. Un Kosovar, d'ethnie albanaise, a tué, en 1995 je crois, un autre individu en Allemagne. Il s'est fait arrêter en 1997 par les autorités yougoslaves et a été transféré en Serbie. La procédure a suivi son cours, il était donc en attente de procès. Sur ce, les autorités de l'UNMIK, en français de la MINUK (Mission Intérimaire d'administration des Nations-Unies au Kosovo) négocient avec les autorités fédérales Yougoslaves et de Serbie un accord de rapatriement au Kosovo des Kosovars albanais détenus en Serbie, et nous récupérons ce monsieur. Hier il fallait statuer sur la détention, et plus ou moins sur la suite de la procédure : enquête en Allemagne, instruction en Serbie, jugement au Kosovo par des juges internationaux ou locaux, demande d'information du suivi par les autorités allemandes, et plus précisément du tribunal de Darmstadt.

Nous avons prolongé la détention. J'ai pu observer que le dossier d'origine était recouvert de sceaux aux armes du Land de Hesse, et même le cordonnet de reliure était blanc et rouge, couleurs traditionnelles de la Hesse. Les traditions et les identités locales sont donc bien maintenues en Allemagne. Les documents allemands n'étaient pas traduits, mais l'un de mes gardes du corps, allemand, et moi, nous avons pu éclairer les collègues.

A Prizren, sous la présidence d'un collègue allemand, qui quitte ensuite le Kosovo, nous avons acquitté un Serbe accusé de crimes de guerre, de véritables massacres dont l'existence ne fait aucun doute, mais sa participation à lui faisait, elle, l'objet de très gros doutes. Les médias en Serbie ont signalé cet acquittement brièvement.

A mon retour de vacances, j'ai accompli les visites et formalités pour mon retour en France, mais je suis resté en relations durable avec des collègues du Kosovo et avec la liste de magistrats francophones « Jugenet », dont je suis toujours membre treize ans plus tard.

Message adressé de Pristina le 10 octobre 2002 par le colonel Guillamo, chef d'état-major REPFRANCE/TRIDENT:

.J'ai rendu visite l'autre jour au président de la Cour de Djilane, qui vous regrette bien. L'inauguration de la salle d'audience est prévue le 20 novembre prochain en présence du général. Recevez mon meilleur souvenir.

Publié dans Justice

Commenter cet article